Merci aux Forges de Vulcain et à Blog-o-book pour cette nouvelle proposition de lecture. Je suis encore une fois ravie d'avoir découvert un auteur et un style vers lesquels je ne serais pas allée naturellement.

En quelques mots...

Des larrons... des mauvais gars dirait-on... mais pas vraiment... ou plutôt si... fête, sexe, drogue, soit. Crime aussi. Suivre leurs pas, leurs aventures dans ces mots frappés, scandés, chantés peut-être. Univers sombre, événements crus.

 

Et alors ?

C'est bien un univers dans lequel il faut entrer. Ecriture peu conventionnelle, bien que déjà utilisée en littérature avec le succès qu'on lui connaît. Barrière ou invitation, cette langue lancée en liberté, dégagée des contraintes de la ponctuation et de la syntaxe phrastiques (agrégative, sors de ce corps !) est un passeport pour le ressenti. Une fois apprivoisé, ce récit est d'une efficacité étonnante pour prendre aux tripes.

 Je n'étais pas très emballée aux bouts des premières lignes. Ce n'était sans doute pas le moment. Mais je n'ai pas abandonné. Je n'avais pas envie de voir la noirceur de ce qui était présenté. Alors j'ai fermé le livre. J'avais pourtant l'intuition qu'au delà d'un simple descriptif du monde des larrons il y avait une expérience à vivre.

Je ne regrette pas d'avoir rouvert ce livre, un peu plus tard, un peu plus disposée. Il faut le mériter. larrons