Stephie et Cabichou vagabondent au coeur du Salon du Livre de leur pas gracile, quand au détour d'un stand, un visage, sourire en coin, s'impose à eux. Et de cet instant naît une rencontre.
Julie Jézéquel, en signature pour son premier roman, charme par son allure, son ton, par la vivacité de sa conversation. Et c'est tout naturellement qu'est venue l'idée de lire son roman, avec l'envie de retrouver cet élégant badinage. Et c'est tout naturellement que Stephie et Cabichou livrent leur avis le même jour.

En quelques mots...retour___la_ligne

Clara Tallane a la petite quarantaine et un fils ado. Clara Tallane est une mère célibataire dont le fils n'a pas de père. Ce dernier n'est qu'une nationalité : il est canadien. Clara Tallane, scénariste pour la télévision, n'a plus de travail car un jour, elle n'a plus réussi à être ce qu'on attendait d'elle et elle a commis le geste qui l'a fait disparaître aux yeux de sa profession.
Et pourtant, il faut bien continuer. Clara ne sait qu'écrire et c'est ce qu'elle va faire. Elle propose ses services et sa plume à ceux qui veulent faire le récit de leur vie, hommes politiques, grands décideurs, etc. Bertrand Rosier devient son client. Très vite, elle ne comprend pas bien son rôle puisque son employeur lui laisse un tel champ libre qu'elle se voit contrainte d'inventer sa vie... Et c'est ce qu'il recherche. Voilà que Clara invente à Bertrand sa vie telle qu'elle aurait pu ou aurait dû être. Pourquoi ?

Et alors ?...
J'ai d'abord aimé la variété de ton de ce roman. Je me suis crue à certains moments dans de la chick-litt et l'on sent très bien l'art éprouvé du dialogue chez l'auteur. Se sont aussi succédés des frémissements de roman à énigmes, puisque les motivations de Bertrand Rosier semblent bien mystérieuses. Mais à l'instar de Clara, je suis restée dans un certain brouillard, comme si le roman ne m'atteignait pas. Coincée à la surface des choses, je me suis fait la réflexion que l'important était sans doute dans le non-dit, dans l'indicible.
Les pages se tournent, fluides, agréables et la fin arrive, comme on le prévoyait, sans surprise. Tranche de vie, effleurage, jeux de miroirs...
J'ai retrouvé avec plaisir quelques traits ironiques, caustiques que laissait entrevoir la conversation avec l'auteure. En revanche, il m'a manqué de rentrer dans les profondeurs de ce récit qui est passé vite, -trop vite, entre mes mains.
   Je suivrai néanmoins le chemin artistique de Julie Jézéquel et lirai avec beaucoup d'intérêt son prochain ouvrage.

Voyons maintenant ce qu'en a pensé Stéphie...